7 jours express a Java
  

7 jours express a Java

Java, Indonésie le 14/08/2010

 

On vous a abandonné depuis un certain temps, le syndrome de la page blanche et le temps qui passe à une vitesse folle fait que nous sommes grave en retard. On vous postera ultérieurement les récits d’Australie pour dire de vous raconter des choses plus palpitantes que : nous fîmes des heures et des heures de routes dans l’Outback… .

 

Revenons à nos moutons et avec Julien qui reprend l’écriture. Après 10.000Km à user l’asphalte de l’Oz dans notre super van d‘un vert douteux, on rendit notre maison avec un pincement au cœur. Ju avait posé Myr à l’aéroport avec les sacs et il fit un joli footing de 4 km sur la voie rapide entre les voitures pour la rejoindre… .

Tout se passa bien mais la poisse nous rattrapa à l’embarquement. Pour faire simple nous n’avions pas de billets pour partir de l’Indonésie, et nous avons donc été obligé d’en acheter 2 a un prix exorbitant qu’on se fera rembourser pour pouvoir prendre notre avion en échange d’une petite taxe de 110€.

Cette prise de tête réglée, on fit une nouvelle fois nos alcoolos dans l’avion… .

Une fois le pied posé sur le sol Indonésien, un visa acheté et 2h de queue pour la douane plus tard, on sortit prendre l’air pur de Jakarta !!!

Ironie quand tu nous tiens, pur étant un bien grand mot,  pour une ville ou on ne voit pas le soleil ni même le ciel bleu en pleine journée vu le nuage de pollution. On imaginait Mexico et La Paz dur à battre mais la palme d’or fut rapidement redistribuée.

Avant de parler de la suite du périple, quelques conseils aux voyageurs.

Oui toi voyageur solitaire, qui partage ta couche le temps d’une escale, routard et baroudeur de l’extrême. L’Indonésie réserve bien des surprises durant la haute saison.

1)      Tu ne viendras pas en juin, juillet, aout en Indonésie ;

2)      N’achètes pas de guides car tous les prix annoncés sont faux ;

3)      Si tu crois que partir à l’autre bout du monde te permettra d’échapper aux français tu as tort !!! Bali est la cote d’Azur bis ;

4)      Tu diviseras tous les prix par 3 ou 4 ;

5)      Tu accepteras poliment d’être une vache à lait ;

6)      Les mots discount et chip te sortiront par les orbites ;

7)      Si tu crois que venir ici revient moins cher qu’un séjour dans le Jura à voir des tourneurs sur bois, arrête la fumette ;

8)      Tu feras une croix sur les souvenirs bon marché car les prix pratiqués ici sont aussi élevés qu’en France, même Babou est moins cher…. . NO COMMENT !!!

9)      Tu perdras 10kg, pas a cause d’une tourista fulgurante, juste a cause des restos attrape touriste qui te servent des portions pour moineaux a des prix défiants toute concurrence. Je dirais juste cherche le bouiboui du coin !!!

10)  Mais surtout tu devras être patient et avoir la force jeune Padawan, car le chemin sera long avant de ne pas te faire prendre pour un con.

 

Jakarta, on débarqua en plein centre ville de nuit, et pour ne pas changer, le mode radin se mit en route. Pas de bémo, tuktuk ou taxi. Nos pieds étant notre plus grande arme, on reprit facilement notre habitude de faire 1h de marche avec 25kg chacun sur le dos à la recherche d’un hôtel. Mais cette fois ce n’était pas la pluie qui était au RDV, mais la chaleur et l’humidité : 30 degrés et 90% d’humidité sans oublier l’obscurité et les moustiques.

Apres une longue recherche dans une rue plus qu’animée par une fête locale, les prix étant exorbitants, on trouva un hôtel miteux avec la douche au palier, douche étant un grand mot vu qu’il fallait se laver avec une casserole et un bassin d’eau lol. On adore commencer chaque pays dans l’extrême. En même temps, en Oz, 5 jours sans se laver était habituel, donc la, pouvoir se laver quand on le souhaitait fut du luxe pour nous.

Le lendemain on trouva quelque chose de plus convenable car la mère de Myr nous rejoignait, on visita les 3 pauvres monuments de la ville et on acheta les billets de train pour Yogya.

Le 03/08, on reprit donc le bus pour chercher Lulu (mère de Myr), mais galère sur place pour savoir ou elle allait débarquer… .

Les retrouvailles faites, on entraina Lulu dans les bas fonds de la ville. 1er hôtel qui posa le décor sur la suite, une bonne nuit de sommeil car le lendemain était chargé.

 

La nuit fut courte et pour commencer doucement on prit la 1ere classe dans le train, qui en comparaison correspond a la 1ere classe d’un vieux TER en France.

1ere pour nous également car nous n’avions jamais pris le train depuis le début du voyage. 9h de train nous séparaient donc de Yogyakarta, un des principaux lieux culturels et artisanaux de Java.

La ville était vraiment jolie avec beaucoup d’ambiance. Ca fourmille de partout mais ce qui nous choqua le plus depuis notre arrivée, c’est le nombre exorbitant de scooters dans les rues.

Il roule sur toi, sur le trottoir, a contre sens, en large et en travers, un parcours du combattant pour ne pas se faire écraser.

On y resta 3 jours, ponctués par la visite obligatoire des 2 plus gros temples Bouddhistes de Java, les temples de Borobudur et Prambanan. Sublimes, majestueux et très bien restaurés en comparaison d’autres pays.

Vu que le temps de Lulu était limité, on décida de ne rester que 7 jours sur Java, et par conséquence, on dut prendre un tour opérateur pour visiter plus rapidement et comme il faut les 2 principaux volcans en activité de l’ile.

Prix exorbitants même après une négociation acharnée, a 80% remplit de frenchy, on partit pour 3 jours escalader les volcans Bromo et Kawah Ijen. On put admirer les 2 au lever du soleil et c’est vraiment magique.

Pour accéder dans la nuit au Bromo, on passa dans la caldera ou la cendre volcanique nous empêchait de voir à plus de 5m devant nous. Sans compter les émanations de soufre et autres vapeurs toxiques qui empêcha Myr et Lulu d’accéder au sommet du volcan (elles n’avaient pas pris d’écharpe pour se protéger).

Le second fut différent. Après une nuit passée dans un hôtel avec piscine et source d’eau chaude, le départ à 4h du mat fut difficile. L’ascension était ponctuée de sacs remplis de soufre et les porteurs qui sortaient de nul part avec leurs paniers de 80 à 100 kg qu’ils portaient sur une épaule étaient vraiment impressionnants. Un job de força et une vie réduite due au danger de l’extraction et de l’inhalation des vapeurs toxiques. Tout ca pour 9€ maxi par panier une fois descendu, une marche de 1h a vitesse rapide. Une fois de plus tu réalises la chance que tu as d’être né dans un pays comme le notre.

Au sommet, une vue magnifique sur le cratère fumant touché par un lac vert émeraude. En descendant dans le cœur la ou est extrait le soufre, tu assistes a un ballet incessant de porteurs plus maigres les uns que les autres, portant leurs paniers dans un chemin pentu et escarpé.

Tu te prends pas mal de fumée toxique dans la gueule au passage et au pied du lac, après quelques questions tu apprends que ce sublime lac qui donne tant envie de faire un plongeon et en réalité de l’acide sulfurique…. .

L’heure de descendre fut vite la, on retourna donc au bus qui nous emmena au ferry pour rejoindre Bali en 45 min. Ainsi ce finit le périple de l’ile de Java.

 

Commentaires

 Romain
ahhhh, ils y étaient allé à ce lac vert émeraude à Pekin Express! ;-)



Autres récits de voyage

Autres Recits en Indonésie