Du plateau des Boloven en passant par les 4000 iles
  

Du plateau des Boloven en passant par les 4000 iles

Plateau des Boloven, Laos le 01/05/2011

 

Suite et fin de notre périple au Laos.

On débute avec l’excursion dans le plateau des Boloven : 5 jours à moto pour une boucle de 685km, notre record de distance pour l’occasion.

 

Une fois la moto équipée, le plein effectué et le ravitaillement acheté, on prend la route direction Tat Lo et sa sublime cascade en escalier ou on fit trempette quelques heures.

Tout le long de cette magnifique route, bon nombre de cascades sont accessibles, dont une ou on se trouve a plus de 15m de haut avec une vue sur la vallée. Hélas seul un mince filet d’eau en coule à cause du barrage en amont.

Durant le trajet, un paysage semi aride sublime défile devant nous, comme le nombre de petits hameaux ou par chance lors de notre passage, les habitants font sécher sur des bâches plastiques leur maigre récolte de café. Car en effet, les Boloven sont connus mondialement pour leur café faisant soit disant parti des meilleurs du monde.

Pour la petite histoire, ce sont les colons Français qui implantèrent le café, les hévéas et les bananiers vers 1900 dans cette région. Le climat étant propice a cette culture, ils ont misé d’en faire un centre majeur de la production de café, mais hélas les guerres de 60 et 70 et les bombardements massifs ont eu raison des plantations et surtout du départ des colons. Ce ne fut qu’à partir de 1990 que le café put renaitre de ses cendres. Même si ce sont de grosses compagnies qui détiennent le marché, le commerce équitable émerge actuellement, permettant ainsi aux petits producteurs de recevoir un meilleur prix sur leurs récoltes.

 

La fin de cette journée nous entraine jusqu’a Sékong ou sur la route on peut découvrir d’une manière inattendue les champs de café.  Un parfum enivrant nous oblige à  nous arrêter en bord de route pour découvrir une odeur de Jasmin et d’agrumes.

On ne marche par longtemps pour tomber sur une plantation de café en fleurs. En Indonésie on vit un café vert en train de murir, la ce fut différent, ton jaune-orangé, allant au rouge lit de vin le tout parsemait de fleurs blanches.

 

Le jour suivant nous emmène à Attapeu. Rien d’extraordinaire dans cette ville à part  la rencontre de Vietnamiens avec qui on finit la soirée dans un bar local à boire du café et fumer des cigares Thaïs.  Autour de la ville on peut apprécier les rizières au coucher de soleil et la route menant vers le Vietnam qui fait traverser des villages ethniques.

On note que dans tout le pays c’est la saison sèche et le long des routes ou dans leurs champs, ils utilisent encore la technique du brûlis, ce qui laisse un paysage apocalyptique parfois, enfumant et obstruant les paysages d’une brume blanche.

 

On conclut cette escapade avec Paksong la ville du café. Sur le chemin, la sublime cascade de Nam Tok engloutie dans la jungle, mesurant plus de 10m de haut. La route nous entraine enfin sur le plateau des Boloven, route sinueuse et poussiéreuse pleine de charme, sauf sur les derniers kilomètres a l’approche de la ville ou un gros chantier pour construire une nouvelle route a ravagé le paysage.

De plus,  les plantations de café qui s’étendent sur des hectares à la ronde font réaliser la suprématie des grosses entreprises.

 

Sur le chemin du retour pour Pakse on fait halte dans des plantations de commerce équitable ou on fait nos emplettes de ce bon café et ou on visite et teste du thé vert exploité dans le coin. On peut ainsi voir le tri fait a la main par les laotiennes.

En conclusion, 5 jours très riches avec encore pleins de rencontres.

 

 

Apres un jour de repos a Pakse, direction les 4000 iles.

 

Apres quelques heures dans un bus local, on prend une pirogue ou encore une fois les prix sont fixes mais le mec veut gratter quelques Kips, sans réussite. Cap sur Don Khon petite ile perdue au milieu du Mékong, ou la vie journalière sur le fleuve et les paysages sont des plus dépaysants et apaisants.

 

On trouve une superbe chambre sur pilotis avec hamac et vue sur le fleuve. 5 jours de farniente entrecoupé de balades sur l’ile pour découvrir les nombreuses cascades et plages secrètes.

On se trouve un petit bouiboui servant de délicieux plats au curry et au lait de coco ou pas un touriste ne vient, et on sympathise par la même occasion avec eux.

 

Mais l’activité principale de ce séjour fut l’excursion sur le fleuve pour découvrir les derniers dauphins d’eau douce. Difficile de les voir vu qu’ils ne sortent de l’eau que pour respirer, mais l’avantage c’est qu’ils le font environs toutes les 3 minutes.

 

 

Ces 5 jours sont passés très rapidement et on fit la rencontre de Suisses avec qui on passa de bonnes soirées.

 

Puis le jour du départ pour le Cambodge sonne et la prise de tête allait commencer.

Pour faire simple, un bus nous dépose a la frontière, tu prends toutes tes affaires, et tu vas voir les charmants douaniers extorqueurs de dollars, a croire qu’ils ont peur que nous partions avec trop d’argent de leur pays.

Ils te demandent 4$ pour nos 2 passeports pour apposer 1 tampon et ils sont 3 pour réaliser ce prodige !!!

N’oublions pas que cela est interdit et sanctionné dans leur pays, tu sais d’ailleurs que tu peux prendre leur identité pour te plaindre mais bon… .

 

Tu passes coter cambodgien et la un pseudo service de santé te prend la température au laser sous un soleil de plomb. Et ils te demandent encore 1$ chacun.

Puis les douaniers Cambo, rebelote, 2$ pour nos passeports et heureusement qu’on avait notre visa car la ils prennent une plus value de 3$ si tu le fais sur place !!!

 

Tout ceci est donc illégal et réprimandable, mais si tu ne craches pas un peu au bassinet, tu n’obtiens hélas pas ton tampon. Tu passes alors par la case négociation.

Pour notre part, n’ayant que des Kips sur nous, ils nous demandèrent combien on avait, et prirent ce qu’on été prêt a leur donner et les douaniers Cambodgiens firent même genre qu’ils faisaient une exception pour nous !

Mais le service de santé nous fit quand même bien rire, car ils se mirent à nous réclamer de la tune pour nous avoir simplement donné un papier jaune sur les risques du H1N1 alors qu’ils nous avaient déjà rendu nos passeports. Quand on leur dit qu’on n’avait pas de Dollars, ils tentèrent de récupérer par la force les passeports mais on n’avait bien sur pas la moindre intention de leur rendre.

 

Au final on s’en est sortit plutôt bien en ne payant que 4$ au lieu des 8$ demandés.

Grosse escroquerie donc qui fait bien chier, et si les touristes ne disaient pas oui a tout, tout le temps et réfléchissaient un peu, cela pourrait permettre de bloquer ce système qui on l’espère s’arrête avec l’ouverture de la nouvelle frontière.

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Laos